Pays-Bas

The Flag of Netherlands. National symbol of the state. Vector illustration.

→ Les Pays-Bas ne sont pas un pays signataire de la Convention de Vienne sur la circulation routière (1968).

→ Les Pays-Bas figurent à la 1ère place du Autonomous Vehicles Readiness Index, pour la deuxième fois consécutive.

 

Aspects législatifs & politiques

• Généraux

Le Royaume des Pays-Bas est une monarchie constitutionnelle.  Les douze provinces  qui le composent sont gouvernées par un commissaire du Roi, et possèdent un Parlement local. Toutefois, leurs pouvoirs restent limités par rapport au gouvernement central. Les trois territoires insulaires du Royaume possèdent, eux, leur propre Premier ministre et un gouvernement local.

• Circulation routière

Le Secrétariat d’État chargé des Transports est rattaché au Ministère de l’Infrastructure et de la Gestion des eaux. Les Pays-Bas sont un modèle d’intermodalité, au cœur de sa stratégie. Dans le pays de la mobilité douce, les Néerlandais disposent d’une grande variété de choix pour assurer leurs déplacements, grâce à un réseau de transports en commun très développé, mais aussi un aménagement urbain favorisant l’utilisation du vélo : on compterait aux Pays-Bas plus de 18 millions de vélos pour 16 millions d’habitants. Son usage en masse lui permet d’éviter la création d’embouteillages automobiles, tout en ayant un impact positif sur l’environnement et la santé publique. La vitesse des automobilistes a quant à elle été fortement réduite.

Le Véhicule autonome aux Pays-Bas

En tête du classement Autonomous Vehicles Readiness Index pour la deuxième fois consécutive, les Pays-Bas jouissent en effet d’atouts considérables, tels qu’une vision innovante de l’infrastructure ou un nombre record de bornes de recharge pour les véhicules électriques. Le Royaume avance à grand pas pour se préparer au déploiement de véhicules autonomes, et ce tout en suscitant l’enthousiasme de ses habitants.

• Champion des infrastructures

Le Royaume des Pays-Bas a su déterminer avec précision ses attentes à l’égard de véhicules autonomes. Si leur usage privé est considéré, ces voitures sans conducteur permettraient surtout d’assurer le fret de ses marchandises sur des autoroutes internationales, de jour comme de nuit : le pays travaille ainsi étroitement aux côtés de la Belgique et de l’Allemagne pour créer un système de platooning réservé à des camions automatisés, reliant les villes d’Amsterdam et Rotterdam à la vallée de la Ruhr. Ces véhicules automatisés seraient également précieux pour assurer le transport des containers dans les ports nationaux, et le déplacement de passagers circulant dans ses aéroports.
Les Pays-Bas possèdent également une vision claire des conditions de déploiement de voitures hautement automatisées en milieu urbain. Conscient de l’usage massif du vélo sur son territoire et ne souhaitant pas remplacer cette solution de mobilité, le pays prévoit de déployer des véhicules autonomes sur des voies strictement dédiées.
Le pays investit également beaucoup pour bénéficier d’un réseau 5G performant.

Une législation innovante

Convaincu que le véhicule autonome doit avant tout permettre d’améliorer la sécurité de ses passagers, le pays concentre ses efforts sur la création d’un programme-cadre harmonisant les normes de sécurité des véhicules autonomes, « The Vehicle Safety & Security Framework« . Le secrétariat d’État aux Transports vient de mettre à jour sa législation pour qu’elle puisse s’adapter au déploiement de véhicules autonomes, et favoriser les possibilités d’expérimentation : en avril et en septembre 2018, la Chambre des Représentants puis le Sénat néerlandais ont successivement voté en faveur de la circulation de véhicules autonomes sur routes ouvertes pour la réalisation de ces tests. Le gouvernement a également annoncé la création d’un code de la route spécifique à la conduite de véhicules autonomes.

• Une population enthousiaste

Selon le rapport Autonomous Vehicles Readiness Index du KPMG, les Néerlandais seraient les plus susceptibles d’adhérer à une innovation technologique, premiers devant les Suédois et les Américains. Le véhicule autonome, en particulier, suscite de la curiosité au sein de la population, et près de la moitié d’entre elle se dit prête à adopter cette nouvelle forme de mobilité, à condition qu’elle permette un véritable gain de confort. La faisabilité de ce projet de mobilité autonome ne leur paraît également pas abstraite, le pays bénéficiant du plus grand nombre de bornes de recharge de véhicules électriques, loin devant la Norvège et la Corée du Sud.