Royaume d’Arabie Saoudite

National flag Kingdom of Saudi Arabia.

→ L’Arabie Saoudite est un pays non signataire de la Convention de Vienne sur la circulation routière (1968)

→ L’Arabie Saoudite ne figure pas dans les Autonomous Vehicles Readiness Index 2018 et 2019

Aspects législatifs & politiques

• Généraux

L’Arabie Saoudite est une monarchie absolue, ne possédant pas de constitution. La charia (loi islamique) représente la principale source des lois du pays. Les lois en émanant ne sont pas codifiées. Des décrets royaux peuvent être appliqués, mais ils font davantage figures de « régulations » que de « lois ».

• Circulation routière

Le royaume dispose d’un Ministère des transports. La Direction générale de la circulation est l’organe compétent délivrant les permis de conduire. Il ne dispose pas encore d’un service de transports en commun compétent, la voiture personnelle demeure ainsi la principale source de mobilité des Saoudiens. En 2014, elle représentait 90% de leurs déplacements.

Le Véhicule autonome en Arabie Saoudite

• KAEC (la Ville Économique du Roi Abdallah) : un territoire d’expérimentations

Également nommée « la Ville qui valait 100 milliards de dollars« , KAEC est un projet initié en 2005 et dont le chantier devrait s’achever en 2020. Bâtie aux bords de la mer rouge, au nord de Djeddah, elle compte déjà une centaine d’entreprises internationales et plus de 7000 habitants (sa population devrait quadrupler d’ici 2020).
Cette ville est une opportunité pour le royaume de diversifier son économie, essentiellement basée sur ses richesses pétrolières, mais aussi de créer un territoire d’innovation et d’expérimentations de nouvelles formes de mobilité. Le véhicule autonome et l’IoT représentent en effet l’espoir d’une circulation plus fluide et rapide, mais aussi la possibilité de créer moins de parkings, et d’utiliser ce gain d’espace pour la construction en masse de logements, principaux et touristiques.