Fédération de Russie

Flag of Russia

→ La Russie est un pays signataire de la Convention de Vienne sur la circulation routière (1968).

→ La Russie figure à la 22ème place du Autonomous Vehicles Readiness Index 2019 (18ème en 2018).

 

Aspects législatifs & politiques

• Généraux

La Russie est une République fédérale composée de 85 sujets, disposant chacun d’une certaine autonomie économique et politique.
La Constitution nationale mise à jour en 1993 représente la plus importante source de droit en Russie : toute proposition de loi possédant un élément contraire à ses principes est immédiatement invalidée.

• Circulation routière

Les questions de mobilité sont la responsabilité du Vice-président du gouvernement chargé des transports, des communications et de la numérisation de l’économie, et du Ministère des Transports. Les métros moscovite et pétersbourgeois sont emblématiques des deux plus grandes villes russes, par leur beauté mais aussi par leur popularité et efficacité. Des bus et tramways viennent compléter un réseau de transport en commun satisfaisant dans la plupart des villes russes. Le plus vaste territoire de la planète fait toutefois face à des problématiques de distance conséquentes, et les routes russes sont parmi les plus meurtrières au monde. Les transports ferroviaire et aérien représentent ainsi aujourd’hui deux des plus importantes infrastructures de mobilité pour le pays, qui attend du véhicule autonome un véritable gain de sécurité.

Le Véhicule autonome en Russie

A la vingt-deuxième place du classement établi par le KPMG cette année, la Russie a bluffé les experts par sa capacité à travailler auprès de grandes entreprises, comme Hyundai, pour réaliser ses expérimentations de véhicules autonomes sur des routes nationales et internationales, des États-Unis à Israël.

• Une législation volontaire et des expérimentations concrètes

Fin 2018, le gouvernement Medvedev a officiellement autorisé l’expérimentation de véhicules autonomes sur certaines routes nationales, à Moscou et dans la République du Tatarstan. Il s’est également déclaré favorable à une modification de la Convention de Vienne permettant le déploiement de l’autonomie, et a précisé que toute modification de ce texte impliquerait des modifications importantes de sa législation nationale. Enfin, NAMI, son centre de recherche automobile, a officiellement inclut l’étude du véhicule autonome dans son programme scientifique.
Les expérimentations sur le sol russe ont déjà été nombreuses : elles incluent notamment depuis août dernier le premier service de navette à la demande d’Europe, sur le campus universitaire d’Innopolis.

• Yandex : un géant national et européen

A l’image des géants du net américain et chinois, Yandex bat tous les records : premier moteur de recherche russophone, Yandex est également la plus grande entreprise technologique russe, mais aussi européenne. A l’instar de Google et Baidu, elle s’est, elle aussi, largement investie dans la production de véhicules autonomes. Ses essais concluants, notamment sur des routes enneigées, a donné confiance au gouvernement russe pour permettre un plus large panel d’expérimentations, et modifier la législation nationale en vigueur dans ce sens.