Etat d’Israël

Israel Flag Vector

→ Israël est un pays signataire de la Convention de Vienne sur la circulation routière (1968), ratifiée en mai 1971.

→ Israël figure à la 14ème place du Autonomous Vehicles Readiness Index 2019.

 

Aspects législatifs & politiques

• Généraux

Israël est une république parlementaire multipartite et une démocratie libérale. Les frontières de ce pays, ayant accédé à son indépendance en 1948, ne sont pas définies et reconnues unanimement par l’ensemble de la communauté internationale. L’État d’Israël ne possède pas de constitution écrite, mais sa législation s’appuie sur la Déclaration d’indépendance de 1948 et repose sur les 14 lois fondamentales adoptées par le Knesset, unique chambre de son Parlement.

• Circulation routière

L’État d’Israël dispose d’un Ministère des Transports. Les habitants disposent d’un réseau de transport en commun développé et globalement bon marché. Des trains, accessibles aux personnes à mobilité réduite, relient les grandes villes et urbains comme ruraux bénéficient d’un nombre important de bus pour assurer leurs déplacements. En revanche, le prix de cette mobilité varie beaucoup d’une ville à une autre. Israël est également connu pour ses Shirouts, des taxis partagés sous forme de vans, pouvant accueillir une dizaine de personnes à la fois.

Le Véhicule autonome en Israël

• A la pointe de la technologie

Sans posséder d’industrie automobile, Israël fait désormais figure de surdoué dans le domaine de la technologie liée au véhicule autonome. Une expertise que le pays doit à son expérience militaire, qui lui a permis de concevoir des technologies performantes, en matière de cybersécurité, de cartographie ou de prises de décision en temps réel dans ce domaine. Israël est le berceau de pépites comme l’application de navigation Waze (acquise par Google pour 1 milliard de dollars) ou Mobileye et son système anti-collision révolutionnaire (acquis par le groupe Intel pour environ 15 milliards de dollars). L’État ambitionne de créer le plus grand centre mondial pour le développement de véhicules autonomes. Il se présente déjà comme l’un des principaux fournisseurs de technologies dédiées aux véhicules sans conducteur. Grâce à cet intérêt international et ces nombreux investissements de l’étranger, et notamment du secteur privé, des villes comme Jérusalem sont dès aujourd’hui le lieu d’expérimentations de grands groupes industriels. La ville prévoit d’accueillir une flotte de taxis autonomes d’ici la fin de l’année 2019.

Tous les atouts pour déployer le véhicule autonome… ailleurs ?

Si Israël est aujourd’hui un acteur majeur du développement de l’autonomie des véhicules, ce petit pays de 8 millions d’habitants n’est pas forcément prêt à les accueillir sur ses propres routes. Principalement tourné vers l’international et la création de technologies, Israël doit encore faire face à des obstacles législatifs et liés à ses infrastructures. Dans ce territoire plus petit que la Lorraine, au sein duquel les trajets sont courts et facilement réalisables en transports en commun, l’émergence de véhicules sans conducteur ne représente pas un espoir ou une nécessité cruciaux.