Unir aussi fait sa rentrée

En cette semaine de rentrée, ne ratez rien de ce qui a fait et fera l’actualité d’Unir.

Cycle 1 : Une étude qui a fait parler d’elle  

Le 20 mars, la présentation des résultats de l’étude menée pendant le premier cycle d’Unir révélait un malentendu sémantique caché au cœur du terme « véhicule autonome » derrière lequel chacun y va de son concept. En effet, monsieur et madame Toulemonde se voient bien installés à ne rien faire dans un habitacle traçant sa route sans aucune intervention de leur part, tandis que les experts tiennent un discours plus nuancé : pour eux un véhicule autonome peut évoluer seul ou avec un conducteur, dans un environnement déterminé ou non.

Ce malentendu est porté et entretenu par un facteur prédominant : la communication positive qui nous arrive des Etats-Unis ou plus précisément de la Silicon Valley. Depuis la Californie, les acteurs de la nouvelle mobilité relaient sur les réseaux sociaux des messages positifs et attirants, qui présentent le véhicule autonome comme un moyen de transport facile et sûr.

En France, le sujet, principalement préempté par les pouvoirs publics, génère auprès du grand public un sentiment de sécurité (si les pouvoirs publics l’adoptent, alors la technologie doit être sûre !), mais également de distance. Ainsi, loin du modèle individuel entretenu par les acteurs américains, les citoyens français estiment que ce mode de transport sera plutôt collectif et répondra aux difficultés rencontrées par les plus vulnérables ou les oubliés de la mobilité urbaine.

Enfin, dernier enseignement de cette étude, si les médias français se penchent régulièrement sur le sujet, les journalistes préfèrent l’angle pédagogique… mâtiné d’un soupçon de scepticisme.

4

Cette analyse, réalisée par le bureau d’études BVA, comporte 3 volets accessibles à nos partenaires dans l’onglet « restitution » de l’espace qui leur est réservé. Les membres permanents du think tank restent à leur disposition, ainsi qu’à toute organisation intéressée, pour procéder à une présentation personnalisée et approfondie de l’étude. Déjà, la pertinence et l’originalité de ces résultats ont permis au think tank d’acquérir une certaine notoriété, tant auprès du secteur public que du secteur privé.

A cet égard, notre partenaire AMC Promotion nous offre une tribune d’expression le 2 octobre prochain. Ce sera ainsi l’occasion pour Christophe Ramond, directeur des recherches à l’association Prévention Routière, de faire un pitch de l’étude en anglais lors du Mondial Tech.

Enfin au regard de l’intérêt suscité par la méthode et par les résultats, le 11 octobre se tiendra une conférence de presse au Mondial de l’Auto. Seront dévoilés des résultats actualisés de l’étude menée par BVA.

Cycle 2 : l’immersion facilite la compréhension

Les cycles se suivent mais ne se ressemblent pas. Pour cette deuxième saison, les membres du think tank ont voulu vivre l’expérience « véhicule autonome » au plus près de sa réalité du moment. Ainsi, se sont succédés des formations, des essais et des visites avec comme point d’orgue la mise en place d’un parcours itinérant au sein de Mondial de l’Auto. A cette occasion, les membres du think tank iront à la rencontre de professionnels du secteur puis partageront un moment de convivialité avec une personnalité de renom.

Vedecom 3

Par ailleurs, initiateur d’une méthodologie originale, l’institut d’études Ifop réalisera un rapport d’étonnement sur la base d’un corpus de photos et de commentaires produits par les membres du think tank à l’occasion de leurs différentes expériences. Ce rapport contribuera à enrichir la littérature sur l’acceptabilité du véhicule autonome.

N’hésitez pas à nous suivre sur notre compte Twitter !

Bonne rentrée à tous !

L’équipe d’Unir

Laisser un commentaire