Forum Libération-France Inter sur l’intelligence artificielle : « l’humain va devoir faire preuve de plasticité »

Le Forum sur l’intelligence artificielle, organisé par Libération et France Inter, a réuni ce mercredi 24 janvier un panel d’intervenants venant d’horizons différents, allant de Cédric Villany, député, à Enki Bilal, dessinateur et scénariste, qui ont pu s’exprimer sur ce sujet au cœur de nombreux fantasmes. Petit résumé des principaux enseignements de ce forum.

Si l’intelligence artificielle entrainera la suppression d’emplois dans de nombreux secteurs (aucun chiffre précis n’a été avancé jusqu’ici, les estimations variant du simple au double), certains traits indissociables de l’humain ne lui sont cependant pas (encore ?) accessibles, comme la créativité et la sensibilité. Par ailleurs, l’humain reste primordial dans la programmation de l’intelligence artificielle, ainsi que pour assurer le « service après-vente » de celle-ci. Ainsi, loin d’annoncer l’inutilité des humains dans les emplois futurs, les intervenants ont insisté sur le fait que l’humain devra faire preuve de plasticité pour s’adapter aux changements technologiques mais qu’il ne sera en aucun cas remplacé par l’intelligence artificielle.

Autre sujet au cœur des débats : l’éthique. Les véhicules autonomes vont devoir « automatiser l’éthique », il devient donc urgent de prendre des mesures claires sur ce sujet, mesures qui définiront la société dans laquelle nous évoluerons. Alors que la CNIL a publié en décembre un rapport sur l’éthique des algorithmes et de l’intelligence artificielle, sa présidente, Isabelle Falque-Pierrotin, est revenue sur plusieurs des conclusions, notamment celle d’inclure un principe de « vigilance » et de « loyauté » dans l’utilisation des algorithmes.

Après des discussions assez techniques et concrètes, la soirée s’est conclue par une conversation entre Yann LeCun, un des grands spécialistes de l’intelligence artificielle, et Enki Bilal. Ce dernier panel a apporté un peu de hauteur au débat, en s’interrogeant sur le rôle que joue la science-fiction dans notre perception de l’intelligence artificielle. La technologie aurait-elle, sinon dépassée, au moins rattrapée les prévisions d’Orson Wells ou du film « 2001, l’odyssée de l’espace » ?  Yann LeCun, qui a été à la tête du laboratoire de recherche de l’intelligence artificielle de Facebook pendant 5 ans, semble répondre par l’affirmative.

Estelle Emery

Laisser un commentaire